L’Histoire de la table Ronde


D’où est venue l’idée de la Table Ronde ?

Pour ce faire il faut remonter au 14 mars 1927, c’est en effet à cette date que 90 jeunes hommes de Norwich, petite ville du centre Est de l’Angleterre, se réunirent à Palais Suckling pour donner la vie à un club nommé Table Ronde.

winchester

Lors de cette rencontre à Norwich, d’importantes décisions furent prises quant à la naissance de ce mouvement.   Cela devait être un club de jeunes hommes.  Personne ne devait avoir plus de 40 ans.  Quiconque atteignait cet âge devait se retirer.  En bref on devait pouvoir y trouver l’expression de la jeunesse, avec ses idées et son indépendance.

Pour être plus précis cette idée naquit 2 ans auparavant. Tout commença lors d’une réunion statutaire du Rotary Club de Norwich avec l’intervention d’un conférencier qui n’arriva jamais, le Président invita donc quelques Rotariens dont un certain Erminio Williams Louis Marchesi à faire un petit exposé sur un sujet qu’ils connaissaient plus que tous les autres dans la salle.

Pour le Rotarien Marchesi, pâtissier de profession la tâche fut particulièrement difficile puisque à 27 ans il était probablement le plus jeune Rotarien depuis les 20 dernières années, il commença néanmoins de la sorte :  ” Vous penserez peut-être qu’il n’y est aucun sujet que je connaisse plus que vous tous, mais au contraire, je sais mieux que vous tous ici présents dans la salle, ce que l’on ressent à 27 ans. Eh, oui c’est vrai, vous le savez sans doute…”

Après un éclat de rire Général dans l’assemblée, il continua…  « De plus, je sais ce que l’on ressent d’avoir à faire avec ceci ou cela suivant votre façon de voir qui vous paraît, à vous, hommes plus âgés, la seule possible mais qui pour moi n’apparaît pas comme telle “.

Si Marchesi se fût arrêté là il n’aurait que contribué avec un exposé intéressant et amusant à la soirée  mais c’est à ce moment que naquit en lui l’idée que quelque chose pour les jeunes devait être fait…  ” Ce qui est nécessaire “, poursuivit Marchesi,  ” c’est un club où les jeunes hommes se réuniraient et pourraient échanger leurs propres idées sans se les voir imposer par leurs aînés. Les jeunes veulent travailler et penser entre eux. Ce qu’il faut c’est un club exclusivement réservé aux jeunes “.

L’idée était donc née et Louis Marchesi fut encouragé par des applaudissements et par une douzaine de Rotariens qui allèrent vers lui en exprimant leurs consensus. Tous étaient favorables pour que l’on développe cette idée quand d’autres arguaient qu’il existait déjà beaucoup d’autres associations de jeunes et qu’il n’y avait pas besoin d’en créer une autre. Mais on ne peut pas tuer une idée si celle-ci est une bonne idée…

Louis Marchesi prépara donc un projet plein d’espérances qui trouva sa concrétisation dans les mots prononcés à Birmingham en 1927 par le Duc de Windsor, Prince de Galles, au public de la Foire des industries britanniques.

Le sillon était tracé, définitivement. Ce club devait s’appeler Table Ronde et sa devise serait “Adopte, Adapte, Améliore”.

” Les jeunes industriels et professionnels de notre pays doivent se réunir en table ronde, adopter les méthodes qui ont fait leur preuve par le passé, les adapter aux exigences modernes et si possible les améliorer “ … Table Ronde, … Adopte, … Adapte, … Améliore.

Le premier insigne de la Table Ronde fut une “table ronde” sur pied massif puis en 1929 l’insigne choisi fut celui de la Table Ronde du Roi Arthur identique à celle existant au château de Winchester, normalisé officiellement en 1950 avec ses 12 segments blancs et noirs. De la  convocation de la première réunion à Palais Suckling et la fondation du premier club le premier Président fut Bernard H. Durrant, le trésorier nommé fut W. G. Quinton tandis que Louis Marchesi fut nommé Secrétaire honoraire.

Les membres de ce premier club étaient environ 90. Chaque membre pouvait apporter, durant les réunions mises en place tous les 15 jours, des invités. Un de ceux-ci fut le Rotarien Smith de Portsmouth qui, enthousiaste de ce qu’il avait vu, de retour à Portsmouth trouvât un groupe de jeunes hommes prêts à l’écouter et à suivre l’idée. C’est ainsi que naquit la Table N. 2. ”Nous avons maintenant deux Tables… Nous en aurons bientôt dix, puis cent…  La Table Ronde deviendra nationale et ensuite internationale… “

Et au fait il fut bientôt décidé de former une association nationale qui devait s’appeler “Le conseil Central des Tables Rondes” (devenue ensuite “The National Association of Round Tables of Britain and Ireland – RTBI) dont John Webb de Portsmouth fut le premier Président et Louis Marchesi le secrétaire trésorier honoraire. En 1929 les Tables étaient déjà 16. Ce n’était pas un mouvement pour s’amuser, ce n’était pas non plus un mouvement de jeunes hommes d’affaire qui se réunissaient pour trouver la manière et les moyens d’améliorer leurs affaires et leurs prospectives, ou une société d’avantage mutuelle.

C’était un mouvement qui devait être au service des autres. Il y avait parfois de féroces discussions sur “comment servir” et “qui servir” mais jamais sur “s’il fallait servir”. Une fois que les modalités de l’action sociale étaient choisies, elles étaient acceptées et suivies sans discussion. Mais ce ne fut qu’en 1936 que le rêve de Louis Marchesi s’accomplît, en effet, la Table Ronde franchit la première frontière pour s’installer au Danemark, suivit de la Suède en 1943, les Pays-Bas en 1946 et la Norvège en 1947.   En 1946 fut fondé le “World Council of Young Men’s Service Clubs” (WOCO), le Conseil Mondial des clubs service réservés aux seuls jeunes hommes, qui réunissaient toutes des organisations tel que l’ACTIVE 20/30 International, APEX en Océanie et Asie, JECC au Japon. En 1948, les différentes associations nationales de la Table Ronde décidèrent de s’organiser en une association internationale.

Louis Marchesi
Louis Marchesi

En mai-juin 1949, Mme Simone LEGROS (décédée en 1989), avocat à la Cour de Paris, accompagnait des amis Tablers Belges au congrès de la Table Ronde Britannique à Southport. Mme Simone LEGROS apprit donc à connaître le mouvement, et lors d’une réunion tenue à l’initiative de M. VAN RYMENANT, on lui demanda d’essayer de créer une Table qui serait parrainée par la TR 1 de Bruxelles.

De retour à Paris, Simone LEGROS communiqua ses idées à l’un de ses confrères, Michel LE TROQUER. Le dynamisme de l’équipe de base et la richesse de l’idéal TR entraînèrent un développement important de notre association.

Le 24 novembre 1949 lors de la 2ème réunion, Lucien PARADIS fut désigné pour assurer la tâche de président provisoire.
Le 19 janvier 1950, le bureau de Paris 1 était composé : président, Lucien PARADIS ; vice-président, Michel LE TROQUER ; secrétaire, Guy Robert BESSON.

En juin 1950, les statuts de la TRF furent publiés.

Mais ce qui est extraordinaire dans la naissance de la TRF, club masculin c’est qu’une femme en soit à l’origine.

Le 21 octobre 1950, la première Table Ronde Française PARIS 1 reçut sa charte des mains de Jacques GILLES, président de TR 1 de BRUXELLES. Lucien PARADIS (décédé en 1971) et ses amis voyaient alors se concrétiser des mois et des mois d’efforts au cours d’une manifestation à laquelle assistaient les plus hautes autorités de Paris, Louis MARCHESI et 250 Tablers venus de 7 pays différents. La première réunion avait eu lieu tout juste 11 mois auparavant en présence de M. BACQUE de SARDAC, Guy Robert BESSON de CHAMPEAUX, LE TROQUER, de MAUTORT, PARADIS et POUDEVIGNY. En Avril 1961, la Table Ronde Française comprenait 45 Tables chartées et 25 en formation.

Aujourd’hui, la Table Ronde Française comprend 262 clubs actifs, et près de 3 000 Membres liés par la liberté, la responsabilité, l’enthousiasme et l’amitié…